Nos objectifs

La fédération a pour objet de promouvoir la reconnaissance de la profession de paysan.ne herboriste et de lui permettre d’avoir les moyens d’exercer pleinement son métier, à savoir :

  • La culture, la cueillette et la transformation des plantes alimentaires, aromatiques, cosmétiques, médicinales et tinctoriales
  • La commercialisation en vente directe ou circuit-court des produits élaborés à la ferme
  • L ‘ information et éventuellement le conseil aux utilisateurs sur les propriétés et usages traditionnels, comprenant les précautions

Ce dernier point est la raison pour laquelle il nous paraît important d’associer le terme d’herboriste à celui de paysan.ne :

Les plantes médicinales ont une fonction thérapeutique et/ou de bien être.

Les plantes que nous produisons, avec toute l’affection que nous leur portons, sont destinées à la vente. Nous les cultivons car nous pensons qu’elles seront bénéfiques à quelques-uns , à quelques-unes pour être en bonne santé, pour prendre soin de soi, pour un petit mal passager , pour une maladie …

Vendre des plantes médicinales nous plonge dans la question de l’usage de ces plantes par les personnes qui nous les achètent et donc de la pratique de l’herboristerie.

Par contre il n’est pas aisé de définir les contours de notre rapport à l’herboristerie. Cela soulève des questions d’ordre éthiques, déontologiques et politiques, relatives à la corporation des métiers.

Ces réflexions entraînent avec elles d’autres questions plus pratiques liées au statut des paysan.nes qui produisent puis vendent des plantes médicinales : Quelle formation ? Quelle légitimité ? Quelles allégations pouvoir formuler ? Quelle place au sein des autres acteurs qui gravitent autour de la plantes, ses vertus et…le commerce qui en est fait ?

Si nous pensons que le paysan ou la paysanne qui produit et vend en direct des plantes médicinales est, de fait, herboriste ( d’où la revendication de la dénomination de « paysans -herboristes ») nous sommes , au sein de la FPH en réflexion sur les modalités d’application de cette fonction herboriste par le paysan.

La FPH a été créée dans le but d’associer les paysans à la question de l’herboristerie au niveau politique et donc au niveau légal et réglementaire.

Communiqué FPH janvier 2020: bilan 2019 et suites des travaux à mener :